dimanche 6 décembre 2009

Back from  THE Salon,


Il y a une semaine déjà que s'est achevé Montreuil, le rendez-vous 
de tous ceux que la littérature jeunesse intéressent. 

Quel bon moment ce fut ! 

Car si je n'ai pas été bousculée par une foule d'éditeurs 
qui m'ont suppliée à genoux de leur laisser mes textes, 
j'ai eu le plaisir de rencontrer des illustrateurs et 
des auteurs fort sympathiques à l'occasion du repas des Lucioles.

En pagaille, quelques noms de ces lumineuses personnes : 

Geisha Line, Maëlia, Bénédicte, Millypuce, Vie....et d'autres encore
avec qui je compte faire davantage connaissance...Quand  ça ? 
Mais très bientôt : car c'est-y-pas-qu'y-a-le salon 
du livre de mars qui arrive à grands pas ...!!!!
 

mercredi 25 novembre 2009

Viva les rencontres !

Via Projet 7, j'ai eu le plaisir de faire
la rencontre de Susi
C'est une talentueuse illustratice italienne,
qui débute comme moi dans la littérature jeunesse.
Et bien si vous allez voir son blog :
vous verrez qu'elle a déjà un univers bien à elle.
Prometteur, n'est-ce pas?
Alors nous travaillons ensemble sur l'histoire
de "Petichou et la ratatouille en colère"
( postée précédemment).
Et vous avez de la chance,
elle veut bien que je vous montre
les premiers croquis.
Voici Petichou :



 Affaire à suivre....
 

mardi 10 novembre 2009

Et un petit tour en cuisine ! 
Ca y est, pour le projet 7,
les histoires sont proposées
ça parle de gourmandise 
et de plaisirs de bouche.  
Les rencontres se nouent peu à peu. 
Voici l'un des deux textes que j'ai proposé. 
Je ne suis pas très contente de la fin, 
je vais peut être l'améliorer
mais il plait à quelques-uns déjà, 
ça fait plaisir. 

                       Petichou et la ratatouille en colère
Les légumes, ce n’est pas bon !
Ce que j’aime, c’est les bonbons.

Ce soir, Petichou fait le difficile. Il refuse de goûter à la ratatouille, que maman a cuisiné pour lui
toute la soirée.

- Allons, Petichou, prends au moins une cuillérée, l’encourage maman. Tu n’as même pas goûté ! Comment
peux-tu savoir si ça te plait ?

Mais têtu comme un coq têtu, le petit garçon répond :
- Non, non, non.
- Puisque
c’est comme ça, s’énerve maman fâchée, range ta serviette et monte te coucher. La journée est terminée.

***
Aujourd’hui, c’était l’anniversaire de la maîtresse. Aussi, les cantinières avaient préparé un énorme gâteau pour le goûter et il y avait plein de friandises que les enfants avaient amenés.
Pas étonnant que maintenant le petit garçon n’ait pas faim. Mais pour faire plaisir à maman, il aurait tout de
même pu faire un effort…


***

Petichou se prépare à aller au lit. Quand maman débarrasse en faisant beaucoup de bruit, il sait qu’il faut pas traîner.Avec hâte, l’enfant lave toutes ses dents, enfile son pyjama blanc et se glisse sous les draps.

Ce soir-là, le baiser que lui donne maman claque comme lorsque le vent ferme tout seul les volets.

***

Petichou ferme les yeux. 
"Snif
Snif snif...Nous qui avions si bien poussée …

Qui est là ? Qui a parlé ?
Petichou ouvre les yeux, mais autour de lui, tout est noir comme le tableau de la maîtresse.
« Tous nos efforts n’ont servi à rien », murmure une autre voix.
Petichou sursaute. On se promène sur son lit !
Qui est-ce qui…. ? C’est une  botte de carottes !
L’une d’entre elles dit :
« Les cours de maintien avec les poireaux, les bains de soleil avec les  abricots, la gymnastique pour avoir une belle peau ! Tout ça pour rien, quel gâchis ! »

 « Moi aussi, dit à son tour une branche de basilic qui les a rejoints. J’en ai supporté des choses pour avoir bon goût. Entre les cha touillis des fourmis quand elles m’escaladaient, le froid de l’automne qui a voulu me geler et le chat des voisins qui m'a …arrosé. Ca n’a pas été facile tous les jours ! Tout ça pourquoi ? Pour que ce petit homme-là ne nous regarde même pas. »
***
Petichou baisse les yeux. Il se cacherait bien sous les draps mais voilà que bientôt son lit est envahi par une foule de légumes qui vient vers lui plein de reproches.
Des patates prennent la parole « Nous, c’est pareil. On a poussé sagement. Attaqués par des pucerons, on a perdu nos parents. Puis face à de coriaces limaces, on s’est battu durement, et au bout du compte : on nous laisse au fond de l’assiette !

(...)
La suite, dans quelques semaines, sur le site de Projet 7, avec les illustrations.   

vendredi 23 octobre 2009

Photo d'un bout de ciel posant.

Que voit-on ?
Du bleu, surtout et du blanc, 
comme une mer vagues de coton 

De l'air propre,des nuages 
en promenades. 


Peut-être. 

On peut dire ça.
Mais ça ne suffit pas.  
Allons ! 
Regardez bien !
Ne voyez-vous pas les deux crocodiles
au premier plan 
qui ronflent en dormant ?




Et ils font autre chose ces messieurs en ronflant :

L'un pleure et fabrique de la pluie

L'autre souffle et créé un brouillard gris 
Tout ça en faisant beaucoup de bruit

ce qui fait peur aux étoiles la nuit.


 

"Imaginer, c'est hausser le réel d'un ton"
Gaston Bachelard

samedi 17 octobre 2009

Travailler sur une histoire qui parle
de gourmandise n'est pas de tout repos,
sans danger, croyez-moi !
Ces derniers jours,
J'ai croqué mon savon
comme il ressemble à du nougat
J'ai délaissé la soupe
pour des bouillons au nutella
Je croque toute la journée
des bananes, des fraises tagada
Quand on me demande l'heure
je dis : c'est l'heure du chocolat !
Et j'achète tant de bonbons
que les enfants sont jaloux de moi.
Vivement que cette histoire 
pour Projet 7 - dont le thème,
cette année, est bien celui que vous
avez deviné - soit achevée. 

En attendant, envolons-nous 
pour la suite des aventures de ce petit vent
un brin fainéant..



"Quelques battements d’airs plus tard, le petit vent se retrouva au-dessus du village des hommes. Sa maman s’y rendait quotidiennement pour balayer les rues, sécher les linges étendus ou ôter la poussière des statues. Comme Danlalune l’avait souvent accompagnée, il n’eut pas peur de s’y aventurer.
La rue dans laquelle le petit vent s’engagea était déserte. Pourtant les villageois n’étaient pas en train de faire la sieste car du côté de la grande place provenait un fort brouhaha. Danlalune s’en approcha. Les habitants étaient tous là ! Très bruyamment, ils discutaient car ils étaient inquiets : depuis le début de la matinée, la température ne cessait d’augmenter….


- Ah, mais qu’est-ce qui nous arrive ? s’inquiéta un autre, ma femme a posé son panier d’oeufs sur ma tête, et voilà qu’ils ont cuit !!
- Ah, c’est énervant !! disait l’un en grommelant, si l’on s’énerve, on a encore plus chaud. C’est énervant !
- Ah, mais qu’est-ce que c’est que ce temps ? ronchonna une troisième voix. Que se passe-t-il aujourd’hui ! Moi qui suis vieux comme ces arbres – et du petit doigt, il montra les peupliers centenaires qui se trouvaient sur la place - je n’ai jamais vu ça !! Quelle journée !! Le soleil est-il malade ? Les vents nous ont-ils oubliés ? Et la pluie, où est-elle : à la mer ou sous les cocotiers ? »


Danlalune ne savait pas ce qui était arrivé à la pluie (comme toujours, elle devait être très occupée). Quant au soleil, il ne pensait qu’il était malade car il avait toujours eu une si bonne santé. Mais puisque aucun vent ne s’occupait de ces gens, il se dit que le moment était venu pour lui d’agir comme un grand. Après tout, se dit-il, j’ai bien vu comment s’y prend maman et ainsi elle verra que je ne suis plus un bébé !»


Piqué de curiosité vous êtes et vous voulez connaitre la suite ?
Un mail et je vous l'envoie !

jeudi 8 octobre 2009



Histoire  * Danlalune, le petit vent rêveur * 

Après une période rouge 
de textes en vers, voici un texte 
en prose bleue
Paraîtrait qu'il est un peu
difficile pour des enfants. 
Approuvez-vous ? Déniez-vous ? 
Vous offusquez-vous devant 
une telle affirmation? 
Je serai curieuse de le savoir...                                                                                                      

A

Près d’un petit village, en haut d’une montagne, vivait une famille de vents. Le papa, un ouragan, était souvent en voyage. Mais heureusement, la maman ne volait que dans les environs et s’occuper de leur enfant.
Celui-ci s’appelait Danlalune. C’était un vent doux et rêveur, âgé de trois saisons. 
Comme tous les petits vents, Danlalune ne maîtrisait pas encore les mouvements de son corps d’air. Mais tandis que les vents de son âge s’entraînaient régulièrement pour devenir des sirocos, des blizzards, des mistrals ou des tramontanes, Danlalune passait son temps à contempler les oiseaux, les étoiles ou le ciel.    

Un jour pourtant, sa maman, inquiète pour son avenir, lui souffla dans l’oreille :
« Voyons mon petit, un jour tu seras grand alors il faudrait que tu commences dès maintenant à voler correctement sinon de quoi auras-tu l’air plus tard ? »
« Mais maman, répondit Danlalune, je sais déjà voler ! Et être un vent, ce n’est pas comme être le soleil qui doit nous tenir chaud sans nous brûler, ou comme les étoiles qui doivent scintiller pour nous montrer la beauté : ce n’est pas compliqué !»
« Ah tu crois ça, répondit sa mère, et bien va donc planer un peu dans les environs et nous verrons si tu te comportes comme un grand. ». Alors, comme Danlalune obéissait toujours à sa maman, il tourbillonna sur lui-même pour prendre de l’élan et s’envola.

.... A suivre 




mercredi 30 septembre 2009

Doudoudi Dadada *


Si par hasard ces prochains jours, 

vous vous trouvez sur la terre
ferme

Plus précisément en Europe, 
de l'Ouest

Plus exactement dans ce pays : 
La France, 
Du côté de la capitale
Paris 

et si en chemin, vous croisez un bus, 
un métro ou un vélo, 
Empruntez-le donc un moment 
Pourquoi pas ?

Et laissez donc aller vos pas
au 11 de la rue Bichat.



Pourquoi ? 

Là vit un chat qui ne miaule qu'en chinois?

Là s'épousent en secret les lucioles et les vers à soie ? 

Là danse toute la journée des rats comme à l'Opéra?


Non. 
Il y a une expo Dada.


La Revue Dada a publié son 150éme numéro
et a accroché aux murs, pour fêter cela, 

des illustrations, des tirages d'art,
des couleurs, de la poésie. 
Allez-y.


C'est Galerie Jeanne robillard
11, rue bichat 75010 Paris 
Galerie sur cour - Code 237a5
Le mercredi et le samedi de 10h à 18h

Sur rendez-vous les autres jours – 09 50 46 38 00
06 12 46 38 00 

www.jeannerobillard.com *
contact@jeannerobillard.com
dada «la Première revue d’art» – www.revuedada.fr



Ce que j'ai préféré : les mobiles de Marion Tigreat, 
une talentueuse illustratrice. 


Et des mobiles au poète, 
il n'y a qu'un coup d'ailes :

         "Il cherche la fameuse machine à peser les balances." Paroles
                                                                                                                          Jacques Prévert

mardi 29 septembre 2009


Inscription aujourd'hui au Projet 7. 
Il réunit des auteurs et des illustrateurs 
désireux de se rencontrer pour créer un album.     


Les histoires qui naitront de ces rencontres promettent d'être fort jolies 

car que de belles plumes et de coups de crayons 
se sont inscrits ! 

Il va falloir que je sois à la hauteur...
J'en suis tout émoustillée ! 
Alors viva les recontres, 
                                        viva l'aventure, 
                                                et viva l'inconnu  !

                                                 
 http://projet7.canalblog.com/

dimanche 20 septembre 2009

La Lune et Les crapauds

  La lune et les crapauds  

album destiné aux enfants à partir de 2 ans.

 éditions Samsara *





La lune et les crapauds
( En italique sont indiqués les bruitages qui doivent accompagner la lecture du texte)

Un soir,
Par hasard,
A cette heure mystérieuse
Où naissent les histoires,

Un vent frais

Vint chatouiller
Le nez délicat
De la lune

Qui éternua

- Éternuement -

Celle-ci fut si surprise
(C’était bien la première fois ! )
Qu’elle en perdit son assise
Et du ciel dégringola

- Bruit d’une chute dans l’eau -

La voilà dans une marre
Mais ne sachant pas nager
Vite sur un nénuphar
Elle grimpe se réfugier

Ouf ! Sur les larges feuilles
Elle trouve bon accueil.

- Bruits apaisants de la nature -

L’eau était chaude ;
C’était l’été,
La lune en profita
Pour se lustrer.
Elle fit briller ses rayons,
Polir sa rondeur
Elle raviva sa blancheur
Tandis que dans les environs…

Des crapauds des crapauds des crapauds
Pas beaux
Des crapauds des crapauds des crapauds
Laids
Côa côa

L’aperçurent

Côa côa

(...)

Pour connaître la suite? 
Contactez-moi, 
j'ai quelques albums avec moi. 


* N.T.A : Les éditions Samsara ont cessé leur activité fin 2016

samedi 5 septembre 2009


Histoire (suite )  * L'élève qui ne dessinait pas comme il faut *

Bonjour chers lecteurs,
La suite des aventures de Madame
Couette et Vincent, l'élève 
qui ne dessine pas comme il faut. 
Vous débarquez sur ce blog ?  

Alors, allez donc lire le début 
un tout petit plus bas, là, 
dans les deux messages précédents. Bonne lecture. 




"- Soit, admet la maîtresse. Toujours est-il qu’ensuite, comme je m’y attendais, tous ont commencé à dessiner des hippopotames, des baleines, des canards, des moutons, des phoques, des escargots … Bref, des formes qui ressemblent à un animal, donc à un éléphant. Tandis que sur la page de Vincent, pas de patte, pas de queue, pas le moindre animal !! Il avait seulement dessiné...deux arbres et un hamac !!
- Mais est-ce que ces deux arbres et ce hamac n’avaient pas des airs d’éléphant ?
-Absolument pas. Les arbres avaient des airs d’arbre et le hamac des airs de hamac. Alors, je l’ai interrogé « Vincent, où se trouve l’éléphant que j’ai demandé ? » Savez-vous ce qu’il a répondu ?
- Madame, répond le père, j’ai de très grandes oreilles, mais quand même, de là à entendre tout ce qui se dit ici…
- C’est vrai, concède la maîtresse. Et bien, je vais vous le dire alors : il a montré du doigt le hamac et il a dit : « Mais il est là l’éléphant ; il fait une sieste dans le hamac !».
- Voyons, Madame Mèche, puisqu'il l’éléphant était là, je crois qu’il n’y a plus de problème ! dit le père. 
- Mon nom est Couette, monsieur, s’énerve la maîtresse. Comment ça, il n'y a plus de problème ? Mais un éléphant installé dans un hamac, ça craque, monsieur ! C’est là le couac ! Et vous croyez que j’ai le temps, moi, de recoudre des hamacs déchirés ? Et si en tombant l’éléphant se fait mal, comment est-ce que je fais pour le soigner ? Je n’ai pas de pansements pour éléphant ici ! Car mes élèves sont petits et leurs bobos aussi ! " ...
Vous avez envie de connaitre la suite ? 
Ecrivez-moi et je vous l'envoie. 
A bientôt. 


samedi 29 août 2009

Histoire ( suite) * L'enfant qui ne savait pas dessiner*


Bonjour chers visiteurs, 
Aujourd'hui la suite de l'histoire avec l'institutrice
dont on sait maintenant qu'elle s'appelle
Madame Couette. L'éléphant et le hamac 
n'ont pas encore montré le bout de leur trompe 
et tissus. Pourtant ils vont bientôt
rentrer en scène. 
Lisez plutôt...  
(Et pour ceux qui arrivent, le début 
se trouve juste
dans le message précédent). 



* Quelques instants plus tard, le père entre dans son bureau.  
- Bonjour, madame Chignon.   
- Bonjour monsieur mais c’est Couette mon nom.    
- Ah, pardonnez-moi madame. Alors, je vous écoute : qu’est-ce qui ne va pas avec mon garçon que j’aime encore plus que le saucisson ?
En attendant le mot de saucisson, Madame Couette écarquille les yeux et ouvre grand la bouche. Le saucisson est l’une de ses gourmandises préférées et le fait d’en entendre parler lui met l’eau à la bouche…. Mais comme c’est une maîtresse sérieuse et bien élevée, elle se ressaisit et commence à raconter :
- Voici. Chaque matin, les élèves font un dessin. Pour ce faire, je leur donne toujours une consigne, en leur proposant de partir d’un thème ou d’une histoire que je leur ai racontée. Mais depuis trois jours, Vincent déforme les consignes et il me rend des travaux qui me causent beaucoup d’ennuis. 
- Ah, ah ! s’exclame le père surpris mais alors qu’il s’apprête à prononcer un troisième « ah », la maîtresse reprend :    
- Ainsi, avant-hier, j’ai demandé aux élèves de dessiner un éléphant. Et bien, devinez ce qu’ils ont fait ?
- Ils ont cherché un modèle ? propose le père.
- Un modèle ? Quel modèle ? s’étonne la maîtresse. Nous n’avons pas de modèle d’éléphant dans la classe…à moins que vous ne suggériez que …
- Madame Tresse, permettez-moi de vous couper, dit le père. Je voulais dire qu’à leur place, j’aurais commencé par chercher dans mes souvenirs l’image d’un éléphant… * 
...


vendredi 28 août 2009

Chers visiteurs bonjour ! 

Voici, comme promis, le début de l'histoire 
avec un éléphant, une institutrice, 
et le fameux hamac. mais celui-ci
intervient un peu plus loin dans l'action, 
vous verrez, vous lirez.   
Titre provisoire :
( car trop long, n'est-ce pas ? ) 



Un éléphant dans le hamac  
ou l'enfant qui ne dessinait pas comme il faut


           * - Mais voyons, Vincent, qu’est-ce qui t’est passé par la tête ?
Ce matin, à l’école, madame Couette est très inquiète. Depuis trente ans qu’elle est         
institutrice, elle n’a jamais vu ça ! Voilà trois jours que Vincent, l’un de ses charmants
petits élèves, dessine n’importe quoi …
- Mon petit, ça ne peut plus continuer comme ça, rouspète à nouveau l’institutrice. Je vais appeler ton père !


           Aussitôt dit, aussitôt fait. Madame Couette se dirige dans son bureau, ferme la porte, ouvre la fenêtre et de sa voix la plus forte lance : - Monsieur père de Vincent, hou, hou !! Monsieur père de Vincent !! C’est la maîtresse, je voudrais vous parler !  (Vincent et son papa habitent dans une maison qui voisine l’école.). Mais n’obtenant pas de réponse, l’institutrice saisit dans un tiroir le carnet vert laitue dans lequel sont notés tous les numéros de téléphone de ses élèves, quand, brusquement, elle entend : « Je suis là, Madame ! Je me brosse, je me chausse et je viens !».... *

La suite très prochainement.

jeudi 27 août 2009

Bonjour, 

Voici aujourd'hui deux des personnages 
de la prochaine histoire....





Et un hamac, et oui, pourquoi ?
A quoi va-t-il servir ?

 
Je ne peux rien vous dire pour l'instant
si ce n'est que ce hamac jouera 
un rôle de première importance...
Alors à bientôt !







samedi 22 août 2009

Histoire * Photos de classe, photos de vaches *

Bonjour à vous ! 
Alors que les vacances s'achèvent 
pour beaucoup d'entre nous,

chez les vaches, c'est enfin la fin de l'année. 
Et oui, c'est comme ça 
et cela m'a inspiré une petite histoire. 

Bon, pour l'illustration, ce n'est pas terrible, 
j'en suis bien consciente. Mais je ne sais pas 
dessiner. Du tout, du tout.      

 *
C'est la fin de l'année
A l'école d
es vaches
Toutes
sont venues poser
Devant le photogr
aphe. 
 

Il y a la classe des chanteuses
Qui ont appris à beugler
D'une façon mélodieuse.

Elles chantent même en anglais !


 
Voici la classe des danseuses
Elles savent valser et swinguer

Souples, fines, agiles et graciesues
Elles sont très admirées !






  Là, c'est la classe des sérieuses
Elles ont appris à compter 
Sages et toujours joyeuses 
Elles sont très appréciées. 





Enfin, il y a les fières 
Qui savent les bonnes manières
Elles, elles pètent discrètement, 
Ne meuglent pas en mastiquant. 

dimanche 28 juin 2009

Histoire * Zigolo et Bisbis *

Lecteurs, curieux, visiteurs, 
Je vous présente aujourd'hui 
le dernier texte de la trilogie " Textes pour tout-petits". 
Ainsi, vous pourrez par exemple me dire lequel
vous avez préféré ? 
Bonne lecture ! 



* Zigolo est un zerpent
Vieux et plus du tout méchant
Qui zézaille tout le temps
Z'qui faire rire les z'éléphants.


Bisbis est une brebis
Qui bégaye très souvent-vent
Alors pour parler avec elle
Faut avoir le temps-temps-temps.


Le jour où Bisbis croisera
Zigolo, z'aimerais être là
Mais que-que-que voilà-là ?
Pourquoi est-ze que ze parle comme za ... ?


Za-za-za-zalors !!!*

samedi 13 juin 2009

Histoire * En Asie mineure *

Histoire  * En Asie mineure *

Bien le bonjour ! 
Poursuivons chers lecteurs

notre cycle de lecture 
pour les "minuscules"
( ce sont des enfants de 11 ans 
qui m'ont 'appris' ce terme pour 
désigner leurs cadets âgés de 3/4 ans ). 




 * En Asie mineure
Vivait une souris
Qui ne savait pas
Comment lire les heures.


Comme c'est regrettable
Disait-elle souvent
J'invite à ma table
Puis longtemps....
..............................
...................J'attends


Et quand je veux voir
Mes amis, mes soeurs
Je trotte tout le soir
Après leur odeur.


Fort heureusement
Ils sentent mauvais
Sauf une fois l'an
...
Quand ils vont se laver !  *
Histoire  *  Sur le pis de la vache *

Bonjour à tous et bienvenue, 


Voici, pour inaugurer ce blog,

une histoire destinée aux tout-petits. 
J'espère qu'elle leur plaira 
Et à vous aussi, gens plus grands.

Elle s'intitule : Sur le pis de la vache.


* Sur le pis de la vache 
Tandis que le soleil brille
Chaque jour à midi pile


Venait boire un papillon.
Si bien que l'insecte glouton
Bleu devient peu à peu tout blanc


Mais ce qui est plus inquiétant
C'est qu'un jour il dit :
. . . . . . . Meuh ! ! ! *